Projets de recherche 

Certaines bactéries du microbiote sont essentielles à l’équilibre du système immunitaire. C’est ce qu’illustre parfaitement une découverte de l’équipe. Parmi les nombreuses espèces de bactéries qui peuplent notre intestin, l’une d’entre elles est responsable de la différenciation et de la prolifération d’une population particulière de lymphocytes (globules blancs) dits régulateurs qui contrôlent l’excès de réponse immunitaire. Lorsque le nombre de ces bactéries diminue, le nombre de ces lymphocytes régulateurs fait de même et cela peut s’accompagner d’une maladie inflammatoire de l’intestin. Une hypothèse de l’équipe suggère que ce type de lymphocytes induits par des bactéries du microbiote contribue à l’équilibre, ou à l’inverse au déséquilibre immunitaire dans de nombreuses autres situations. Des résultats préliminaires suggèrent par exemple que le bacille de la tuberculose induirait de telles cellules régulatrices à son avantage.  Notre équipe a d’ailleurs développé depuis plusieurs années un modèle in vitro permettant d’étudier la réponse immunitaire au bacille de la Tuberculose, et ainsi d’identifier des pistes pour l’améliorer. Ce modèle in vitro permet également d’évaluer de nouveaux traitements anti-tuberculeux qui ciblent la bactérie dans des conditions reproduisant de façon très proche les conditions in vivo chez les patients. La manipulation de ces cellules régulatrices ainsi ouvre de nombreuses perspectives d’applications thérapeutiques non seulement pour les pathologies inflammatoires, mais également pour des pathologies infectieuses. Pour en savoir plus, cliquez ici.
Les virus responsables des gastroentérites se reproduisent massivement lors de l’infection, ce qui conduit à des altérations du tissu digestif et à la maladie. Leur impact sur les populations humaines est considérable et conduit à la mort de nombreux jeunes enfants dans les pays en voie de développement. Toutefois au cours de l’évolution l’espèce humaine s’est partiellement adaptée à la circulation de ces virus par la sélection de variations génétiques qui protègent certains individus. Quelque soit la souche virale en cause, une partie de la population sera épargnée. C’est ce qu’a contribué à montrer l’équipe. Cependant ces différences génétiques semblent également avoir un impact sur la composition du microbiote et par voie de conséquence sur la population de lymphocytes régulateurs mentionnée plus haut. L’équipe cherche à savoir si une adaptation à un type de microorganisme (les virus entériques) pourrait avoir pour conséquence indirecte, une constitution du microbiote plus favorable à l’apparition de maladies inflammatoires.  Ainsi une variation génétique favorable dans un contexte donné pourrait s’avérer être défavorable dans un autre contexte. Pour en savoir plus, cliquez ici.
Le travail de l’équipe sur la génétique de la sensibilité aux virus de gastroentérite conduit à une explication de l’efficacité limitée des vaccins rotavirus dans certains pays en voie de développement où ces virus tuent un nombre important de très jeunes enfants. Ceci permet d’envisager le développement d’une nouvelle approche de vaccination globale, non limitée par la reconnaissance spécifique de récepteurs extracellulaires indispensables à l’infection par les souches vaccinales. Ce système original de vaccination utilise une approche différente basée sur l’utilisation de molécules d’acides nucléiques codant les antigènes viraux d’intérêt vaccinale contre les rotavirus. Tout ceci repose sur une connaissance unique et précise des relations qui existent entre les propriétés physico-chimiques des assemblages supramoléculaires d’acides nucléiques/Nanocarriers et leur capacité à délivrer dans les cellules et à exprimer un antigène tout en stimulant l’immunité innée pour induire une réponse adaptative robuste. Ainsi en fonction de la nature chimique de l’acide nucléique (ARN, ADN) codant l’antigène viral, le nanocarrier va être adapté pour emprunter les voies d’internalisation cellulaire maximisant la présentation aux sensors moléculaires spécifiques de l’acide nucléique utilisé pour conduire à l’expression des interferons et cytokines. Ceci résultant en parallèle de l’expression de l’antigène à la production d’anticorps et de lymphocytes spécifiques de l’antigène. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Personnes

F. Altare DR, INSERM
J. Le Pendu, DR INSERM
B. Pitard, DR CNRS
F. Jotereau, PREM. Eméritat
N. Ruvoën-Clouet, MCU ONIRIS
E. Godefroy, Post-doctorant, CDD Inserm
T. Haudebourg, Post-Doctorant
G. Ada Da Silva, Doctorant
T. Ruggeri, Doctorant
L. Barbé, Doctorant
T. Colombani, Doctorant
L. Dallet, Doctorant
J. Allameddine, Doctorant
A. Patinec, Doctorant
B. Le Moullac Vaidye, AI Inserm
J. Rocher, AJT Univ
E. Ekaza, IR CDD UNIV
A. Breiman, IR CDD CHU
S. Goude , AI INSERM

Principales publications

– Nyström K, Le Moullac-Vaidye B, Ruvoën-Clouet N, Le Pendu J. Shared human/rabbit ligands for rabbit hemorrhagic disease virus. Emerg. Infect. Dis., 2012, 18: 518-519.
– Beilvert F, Tissot A, Langelot M, Mevel M, Chatin B, Lair D, Magnan A, Pitard B. DNA/amphiphilic block copolymer nanospheres reduce asthmatic response in a mouse model of allergic asthma. Hum Gene Ther. (2012)
– Hu L, Crawford SE, Czako R, Cortes-Penfield NW, Smith DF, Le Pendu J, Estes MK, Prasad BV. Cell attachement protein VP8* of a human rotavirus specifically interacts with A-type histo-blood group antigen. Nature (2012)
– Deknuydt F, Roquilly A, Cinotti R, Altare F, Asehnoune K. An in vitro model of mycobacterial granuloma to investigate the immune response in brain-injured patients. Crit Care Med. (2013)
– Ruvoën-Clouet, N., Magalhaes, A., Silva, L., Breiman, A., Ceu, F., David, L., Le Pendu, J. Increase in GII.4 norovirus host-spectrum by CagA+ Helicobacter pylori infection. J Infect Dis, (2014)
– Caddy S, Breiman A, Le Pendu J*, Goodfellow I*. Genogroup IV and VI Canine Noroviruses Interact with Histo-Blood Group Antigens. J. Virol. (2014)
– Imbert-Marcille B-M, Barbé L, Dupé M, Le Moullac-Vaidye B, Besse B, Peltier C, Ruvoën-Clouet N, Le Pendu J. A FUT2 gene common polymorphism determines resistance to rotavirus A of the P[8] genotype. J Infect Dis. (2013)
– Le Pendu J, Nyström K, Ruvoën-Clouet N. Host-pathogen co-evolution and glycan interactions. Curr. Op. Virol. (2014)
– Sarrabayrouse G, Bossard C, Chauvin JM, Jarry A, Meurette G, Quévrain E, Bridonneau C, Preisser L, Asehnoune K, Labarrière N, Altare F, Sokol H, Jotereau F. CD4CD8αα lymphocytes, a novel human regulatory T cell subset induced by colonic bacteria and deficient in patients with inflammatory bowel disease. PLoS Biol. (2014)
– Nyström, K., Abrantes, J., Lopes, A.M., Le Moullac-Vaidye, B., Marchandeau, S., Rocher, J., Ruvoën-Clouet, N., Esteves, P.J., Le Pendu, J. Neofunctionalization of the Sec1 α1,2fucosyltransferase paralogue in leporids contributes to glycan polymorphism and resistance to Rabbit Hemorrhagic Disease Virus. PLoS Pathogens (2015).
– Breiman, A., Lopez-Robles, M-D., de Carné Trécesson, S., Echasserieau, K., Bernardeau, K., Drickamer, K., Imberty, A., Barillé-Nion, S., Altare, F., Le Pendu, J. Carcinoma-associated fucosylated antigens are markers of the epithelial state and can contribute to cell adhesion through CLEC17A (Prolectin). Oncotarget (2016)
– Habrant D, Peuziat P, Colombani T, Dallet L, Gehin J, Goudeau E, Evrard B, Lambert O, Haudebourg T and Pitard B. Design of ionizable lipids to overcome the limiting step of endosomal escape : Application in the intracellular delivery of mRNA, DNA and siRNA. J Med Chem. (2016)
– Le Moigne V, Rottman M, Goulard C, Barteau B, Poncin I, Soismier N, Canaan S, Pitard B, Gaillard JL and Hermann JL. Bacterial phospholipases C as vaccine candidate antigens against cystic fibrosis respiratory pathogens: The Mycobacterium abscessus model. Vaccine. (2015)

Equipe 5

Contact

  • Frédéric Altare
  • Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Nantes-Angers
  • Institut de Recherche en Santé 2 de l'Université de Nantes, 22 Boulevard Bénoni Goullin, 44200 Nantes
  • 02 28 08 02 71
  • frederic.altare@inserm.fr