Projets de recherche

Nos recherches visent à développer des outils diagnostiques et thérapeutiques pour lutter contre le cancer en s’intéressant à la vectorisation de radionucléides vers les cellules cancéreuses, ainsi qu’à leurs effets biologiques.

Notre programme de recherche s’articule autour de trois grands axes :

Axe 1 : Radiothérapie ciblée

L’objectif principal de cette stratégie est d’éradiquer les cellules cancéreuses par l’utilisation de divers  vecteurs radiomarqués tels que les anticorps et leurs fragments, les peptides, les Affitines et les liposomes. Par exemple, l’efficacité de la radioimmunothérapie (RIT) a été démontrée dans le traitement de certains lymphomes pour lesquels elle est intégrée à l’arsenal thérapeutique. Le service de médecine nucléaire de Nantes se situe en France à la pointe de ce développement et poursuit son activité de recherche sur le lymphome en ciblant de nouveaux antigènes ou en appliquant la RIT en deux étapes au traitement du cancer du poumon à petites cellules.

L’équipe d’Oncologie Nucléaire est une des rares équipes françaises à développer l’usage des émetteurs alpha dans cette approche de ciblage.

Axe 2 : Imagerie moléculaire

Le deuxième objectif est de développer l’imagerie moléculaire, particulièrement la tomographie par émission de positons (TEP) des cancers. Cette dernière voie apporte des renseignements cruciaux pour l’amélioration de la prise en charge thérapeutique des cancers : stade d’évolution de la maladie, capacité proliférative, pronostic de réponse, objectivation de l’effet d’un traitement, suivi thérapeutique, etc.

La radiothérapie ciblée et l’imagerie moléculaire mettent en œuvre des techniques similaires ; radionucléides (adaptés à l’une ou à l’autre), vecteurs, radiomarquage, physique médicale. Elles se rejoignent aussi par le fait que la radiothérapie ciblée a besoin de l’imagerie moléculaire : expression de l’antigène cible, efficacité du ciblage, imagerie quantitative pour la dosimétrie.

Axe 3 : Radiobiologie

Notre équipe cherche à développer l’utilisation d’émetteurs de particules alpha en thérapie. Nous cherchons également à associer cette radiothérapie moléculaire à d’autres approches. En effet, il est maintenant clairement établi que l’action des radiations ionisantes ne se limite pas à une cytotoxicité directe sur les cellules tumorales mais que ces rayonnements sont capables, en particulier, de lever une réponse immunitaire. Dans cette optique, nous travaillons sur l’étude des effets biologiques des rayonnements ionisants alpha sur les tissus tumoraux.

Notre projet vise donc à associer ces approches pour être en mesure de proposer des innovations et de les conduire, au fil des années, du laboratoire à la clinique.

Ce transfert passe par une recherche translationnelle utilisant des modèles animaux porteurs de tumeurs induites (souris) ou spontanées (chien) afin de répondre aux questions qui se posent dans la pratique clinique de la radiothérapie vectorisée et de l’imagerie moléculaire.

Notre équipe multidisciplinaire développe une large expertise en chimie, radiochimie, radiobiologie, immunologie, physique médicale, ingénierie des protéines et imagerie préclinique (Centre d’Imagerie Multimodale Appliquée – CIMA) au service de la médecine nucléaire.

click map

Effet des rayonnements ionisants

Ingénierie des vecteurs

Chimie Radio pharmacie

Radiobiologie immunologie

Radio-thérapie vectorisée

Imagerie

Physique médicale

Médecine nucléaire

Equipe 13

Contact

  • Michel Chérel
  • Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Nantes-Angers
  • Institut de Recherche en Santé de l'Université de Nantes - 8 quai Moncousu - BP 70721 - 44007 Nantes cedex 1
  • 02 28 08 02 45
  • michel.cherel@inserm.fr

Actualités

  • Novembre 2019: Arrivé le 4 Novembre de Ludovic LE SAUX, Assistant ingénieur en chimie, pour un CDD d’1 an.
  • Octobre 2019 : Arrivée le 01 Octobre de Benjamin LE CROM (physicien) pour un contrat postdoctoral de 2 ans.

Personnes

Publications :

  • Bastien Jamet, Clément Bailly, Thomas Carlier, Cyrille Touzeau, Cristina Nanni, Elena Zamagni, Louisa Barré, Anne-Victoire Michaud, Michel Chérel, Philippe Moreau, Caroline Bodet-Milin, Françoise Kraeber-Bodéré. Interest of PET Imaging in Multiple Myeloma. Frontiers in Medicine. (2019). inserm-02088227
  • Navarro AS, Le Bihan T, Le Saëc P, Bris NL, Bailly C, Saï-Maurel C, Bourgeois M, Chérel M, Tripier R, Faivre-Chauvet A. TE1PA as Innovating Chelator for 64Cu Immuno-TEP Imaging: A Comparative in Vivo Study with DOTA/NOTA by Conjugation on 9E7.4 mAb in a Syngeneic Multiple Myeloma Model. Bioconjug Chem. (2019).inserm-02266369
  • Bailly C, Gouard S, Guérard F, Chalopin B, Carlier T, Faivre-Chauvet A, Remaud-Le Saëc P, Bourgeois M, Chouin N, Rbah-Vidal L, Tripier R, Haddad F, Kraeber-Bodéré F, Bodet-Milin C, Chérel M. What is the Best Radionuclide for Immuno-PET of Multiple Myeloma? A Comparison Study Between 89Zr- and 64Cu-Labeled Anti-CD138 in a Preclinical Syngeneic Model. Int J Mol Sci. (2019).inserm-02141555
  • Navarro L, Berdal M, Chérel M, Pecorari F, Gestin JF, Guérard F. Prosthetic groups for radioiodination and astatination of peptides and proteins: A comparative study of five potential bioorthogonal labeling strategies. Bioorg Med Chem. (2019).inserm-01939636
  • Foubert F, Gouard S, Saï-Maurel C, Chérel M, Faivre-Chauvet A, Goldenberg DM, Barbet J, Bailly C, Bodet-Milin C, Carlier T, Kraeber-Bodéré F, Touchefeu Y, Frampas E. Sensitivity of pretargeted immunoPET using 68Ga-peptide to detect colonic carcinoma liver metastases in a murine xenograft model: Comparison with 18FDG PET-CT. Oncotarget. (2018).inserm-01981491v1
  • Grémy O, Miccoli L, Lelan F, Bohand S, Cherel M, Mougin-Degraef M. Delivery of DTPA through Liposomes as a Good Strategy for Enhancing Plutonium Decorporation Regardless of Treatment Regimen. Radiat Res. (2018).inserm-01804916
  • Guérard F, Navarro L, Lee YS, Roumesy A, Alliot C, Chérel M, Brechbiel MW, Gestin JF. Bifunctional aryliodonium salts for highly efficient radioiodination and astatination of antibodies. Bioorg Med Chem. (2017).inserm-01592684