Le rayonnement émis par les radionucléides dans les approches de radioimmunothérapie (RIT) induit la destruction directe des cellules ciblées ainsi que la destruction indirecte de cellules voisines par les effets de type « bystander ». Notre groupe de recherche se consacre au développement de la RIT-a pour le traitement de tumeurs disséminées. Nous nous intéressons donc à la radiobiologie des particules-a produites par des radioéléments comme le bismuth-213 et l’astate-211 ou délivrées par un faisceau, sur les cellules tumorales, au niveau des différents compartiments cellulaires ainsi qu’aux différents mécanismes de mort générés (apoptose, nécrose, autophagie, nécroptose). Nous investiguons d’autre part dans quelle mesure ces particules-a peuvent modifier une réponse immunitaire anti-tumorale en permettant l’expression ou la libération de molécules immuno-modulatrices dans le microenvironnement tumoral.

Electron microscopy of 213Bi-treated cells. Analysis was performed on Multiple Myeloma cells: untreated (A) or 48h after irradiation with 370 kBq/mL 213Bi (B) and on LP-1 cells: untreated (C) or 72h after irradiation with 425 kBq/mL 213Bi (D) Autophagic vacuoles presenting lipid bilayer membrane are indicated by arrows. Gorin et al. (2015) Front. Med. 2:74. doi: 10.3389/fmed.2015.00074.