Un sous-groupe de cancer colorectal (CCR) est considéré comme particulièrement immunogène, ouvrant des perspectives d’immunothérapies ciblées. Les caractéristiques moléculaires et phénotypiques des cellules tumorales semblent jouer un rôle clé dans l’immunogénicité. Nous nous intéressons aux fonctions immunomodulatrices des cellules tumorales dans la mise en place, la fonctionnalité et la nature de la réponse immunitaire anti-tumorale.
Plus précisément, notre projet vise à étudier :
– 1) l’influence du statut de l’inflammasome des cellules tumorales dans la composition et la biologie des TIL (A.Jarry) ,
– 2) les interactions récepteurs / ligands entre cellules tumorales et lymphocytes T infiltrant la tumeur (TILs) à l’origine des mécanismes d’échappement tumoral (C. Bossard), dans le but d’identifier des points de contrôle inhibiteurs de la réponse immunitaire anti-tumorale et donc de potentielles cibles thérapeutiques. Nous nous intéressons plus particulièrement au statut des couples récepteurs/ligands tels que HLA-E/CD94 (Bossard et al., Int. J. Cancer 2012) mais aussi PDL1/PD1, en fonction de la voie d’oncogenèse, des caractéristiques morphologiques, de la progression tumorale et de leur possible induction par les thérapies conventionnelles.
Ce projet s’appuie sur une collaboration étroite avec plusieurs services cliniques du CHU et de l’ICO (Anatomie et Cytologie Pathologique, Chirurgie Digestive, Gastroentérologie, Oncologie Digestive), ainsi qu’avec la Tumorothèque de l’IRCNA. Il est fondé sur l’exploitation multiparamétrique d’une biocollection tissulaire de CCR, annotée cliniquement (immunohistochimie à haut débit sur TMA, caractérisation moléculaire, culture ex vivo d’explants de CCR, isolement et culture de TILs, co-cultures TILs – cellules tumorales autologues).

Questions posées dans ce projet :
–    la cellule tumorale conserve-t-elle un inflammasome fonctionnel ?
–    est-elle capable d’influencer la biologie des TILs, en particulier leur réponse immunitaire Th1 ?

Eq3imageAnneJarry