Mécanismes épigénétiques et influence du micro-environnement tumoral

Romain Pacaud

26 février

Nantes

Directeurs de thèse : François Vallette et Pierre-François Cartron

Equipe 9 : Apoptosis and tumor progression

Département : Oncology and New Concept in Oncology department

Résumé de thèse :

Les Méthyltransférases de l’ADN (DNMTs) et les protéines Ten-Eleven Translocation (TETs) jouent un rôle primordial dans la balance méthylation/déméthylation de l’ADN. Les DNMTs sont connues pour interagir avec différentes protéines (facteurs de transcription, ubiquitine ligase, etc. ). Ces interactions vont permettre un adressage spécifique des DNMTs ainsi qu’un rôle particulier en fonction de ses partenaires. L’étude de ces interactions est primordiale, la rupture ou la préservation de ces dernières pouvant favoriser ou non la tumorigénèse. Les TETs, qui ont les mêmes capacités d’interaction, vont avec les DNMTs permettre une régulation cyclique de l’expression des gènes et de la stabilité du génome par un système de méthylation/déméthylation. Là aussi, un dérèglement de ces couples d’interaction va pouvoir favoriser la carcinogénèse. Les éléments qui peuvent induire ces changements peuvent être pour la plupart présents au sein du micro-environnement tumoral. Il est composé de cellules cancéreuses ainsi qu’une multitude d’autres types cellulaires associés et des facteurs circulants émanant de ces cellules (pouvant agir sur les cellules tumorales ou sur d’autres comme les cellules du système immunitaire). Parmi eux, il existe un lipide appelé Prostaglandine E2 (PGE2). Ce dernier peut influencer sur ces mécanismes de méthylation de l’ADN ainsi que sur d’autres, comme les modifications post-traductionnelles des histones. Une meilleure compréhension de la sécrétion de ce lipide et de son action pourra servir à développer des stratégies thérapeutiques nouvelles afin d’améliorer la réponse aux traitements chimiothérapeutiques et radiothérapeutiques actuels.