Les lymphocytes Th17 et T régulateurs : mécanismes de développement partagés et relation avec le microbiote intestinal

Clara Maria Scarlata

05 décembre

Nantes

Directeurs de thèse : Maha Ayyoub et Emmanuel Scotet

Equipe 1 : Immunobiology of Human αβ and γδ T cells and Immunotherapeutic

Département : The Immunology and New Concepts in ImmunoTherapy department

Résumé de thèse :

Deux populations de lymphocytes T CD4 régulateurs (Treg), les naturels (nTreg) et induits (iTreg), assurent la tolérance au soi et aux microorganismes commensaux et le contrôle des réponses immunitaires exagérées. Au cours de ma thèse j’ai investigué les mécanismes qui permettraient de cibler de façon différentielle une des populations Treg ainsi que le rôle du microbiote intestinal dans l’ontogénie des iTreg. Les iTreg ont des liens avec la population de lymphocytes T CD4 proinflammatoires TH17. Cela m’a amenée à examiner l’expression du gène IL4I1 codant pour une Lphénylalanine oxydase qui inhibe la prolifération des lymphocytes T et exprimé dans les TH17. J’ai montré que parmi les Treg l’IL4I1 était exprimé préférentiellement dans les iTreg et qu’en conditions inflammatoires son expression augmentait et accompagnait la conversion des Treg en TH17. Le profil différentiel d’expression de l’IL4I1 pourrait fournir une base pour le ciblage spécifique des iTreg.Alors que les nTreg se développent dans le thymus, des modèles murins indiquent que le microbiote intestinal joue un rôle important dans l’ontogénie des iTreg et des TH17. Afin d’étudier l’influence du microbiote intestinal sur le développement des iTreg et des TH17 chez l’homme, je me suis intéressée aux bactéries filamenteuses segmentées (SFB) qui jouent un rôle important dans le développement de l’immunité intestinale chez la souris. Nous avons mis en évidence des réponses T CD4 spécifiques de SFB dont une fraction exprimait les facteurs de transcription et les cytokines caractéristiques des Treg et des TH17. De plus, nos données suggèrent que ces réponses pourraient jouer un rôle dans la polyarthrite rhumatoïde.